Lettre de motivation

 Reflexion de geek  Commentaires fermés sur Lettre de motivation
Oct 182011
 

Monsieur,
Considérant les pressions financières qui pèsent actuellement sur moi et notamment celles de mon propriétaire qui réclame son loyer, je vous écris pour vous faire part de mon extrème motivation à trouver rapidement n’importe quel emploi, si possible dans votre société.
J’avoue ne pas vraiment avoir eu le temps de regarder en détail quelles étaient les activités de votre société, car j’envoie beaucoup de lettres. Aussi, je vous prierai de m’envoyer une petite brochure informative pour que je sache un peu mieux de quoi il retourne lors de l’entretien.
Bien qu’ignorant probablement une très grande part de ce que vous faites, je ne doute pas de réussir à faire mon trou dans votre entreprise, car je possède de l’avis général de bonne qualités relationnelles, qui jusqu’à présent m’ont toujours permis de me faire apprécier. Par ailleurs, s’il vous prenait de me donner un poste à responsabilités, je saurais vous démontrer que je puis être aussi dur envers les petits que je suis obséquieux envers les puissants.

Dans l’attente de cette rencontre, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération la plus intéressée.

Ce qui est radioactif n’est (généralement) pas vert fluo

 Reflexion de geek  Commentaires fermés sur Ce qui est radioactif n’est (généralement) pas vert fluo
Avr 082011
 

J’ai remarqué qu’a chaque fois que l’on souhaite parler d’un truc radioactif dans un film, bd, jeu video etc… On le représente toujours sous la forme d’une boue poisseuse vert fluo qui brille dans le noir.
Je suppose que cette idée viens des peintures fluorescentes au radium mais il se trouve qu’en temps normal, la radioactivité est complètement invisible.

suivent des extraits d’un article trouvé sur le net

Whenever you see radioactive material represented in a cartoon or a similar fictitious depiction, it always seems to have a lime-green glow that has become nearly iconic. You also see this illustrated in nuclear protests and anti-nuclear groups who depict things like nuclear waste or those exposed to radiation as being glowing, usually with a green glow. But does radioactive material actually glow? In general no.

Although plutonium is the kind of material which is commonly portrayed as a glowing goo, you’ll notice that it simply looks like a chunk of metal. The same is true for most radioactive materials. In general there’s no actual glowing at all. On the occasions that radioactivity does generate a visible light glow, it’s also not usually green.

The first highly concentrated radioactive material to be avaliable for study was radium-226, which was isolated by Pierre and Marie Curie in 1898. Radium therefore became the de facto general purpose radioactive source for decades until safer and more useful artificial radioisotopes became avaliable. To anyone prior to the 1940’s, “radioactivity” was synonymous with “radium,” which was seen as something of a wonder material. One of the first things that was noticed by Marie Curie after producing a test-tube of concentrated radium was its “fairy-like glow.” It did not glow green, however. It was said to be a bright blue color. Reportedly she even kept a vial of it next to her bed as a kind of night light. But the glow of the radium in the tube was not actually coming from the radium itself. Radium is a highly radioactive material and emits numerous alpha and beta particles as well as gamma rays as it decays. These particles have the effect of ionizing the material around them, and when some materials are ionized they emit a visible light glow. Materials which emit light when excited by light or charged particles are known as “fluorescent” or “phosphorescent” – The difference being that the former only emits light when initially excited and the later will continue to emit light for a period of time after. As it turns out, the compounds of radium which Marie Curie had in her vial, radium bromide and uranium chlorides had mild fluorescent properties, so when they were irradiated by the radium they contained, it actually caused the compounds to glow.

This effect is also used in a certain type of radiation detector called a scintillation detector. In this type of detector, a substance which produces a glow in the prescience of ionizing radiation is employed as the detection medium. When a charged particle or gamma ray photon strikes the material it creates a brief pulse of visible light. The light from the scintillation material, often called a “crystal” is picked up by a highly sensitive light detector called a “photomultiplier.” This produces a pulse which is registered on a counter or spectrometer. On some occasions, a liquid scintillation medium is used for analysis of radiation.

It was recognized early on that the glowing of radium compounds could be very useful in order to provide a reliable source of light which would not be dependent on electricity or being “charged” by a light source and then glowing for only a limited period of time. However, radium was simply too expensive to use as the primary material in a light source. It cost thousands of dollars per gram, so only a few milligrams or less could be economically used in an end product. The solution to this was to use a more potent phosphorescent material. In 1908 a paint was developed which used zinc sulfide doped with copper which could produce a visible light glow when bombarded with charged particles. The addition of a tiny amount of radium to the paint provided these particles and that assured a continuous glow of the paint. The glow came primarily from the beta particles emitted from radium and its daughter products and had a very recognizable green glow, not that unlike modern “glow in the dark” products which require exposure to light to produce a glow.The color of the light could be changed to nearly any color by using different formulas and adding dyes, but green was by far the most common because it was one of the more effecient (and therefore bright) color formulas avaliable and because the human eye is more sensitive to green than any other color. Thus nearly all radiolumonescent products were green in color. The use of radium-based paints became very popular in the first half of the 20th century. They were used for watches, alarm clocks, aircraft instruments, radio dials and other such needs. They were phased out in the late 1960’s, but radiolumonescent produces continue to be manufactured, only using safer isotopes like tritium or promethium-147.

So for most people their experience with radioactive material was in the form of glow products such as clocks or watches. The green glow became iconic of radium and therefore radiation. But in general, radioactive material does NOT glow. There are, however an exception to this: The Cerenkov Radiation. This effect occurs when a high energy beta emitter is submerged in a dense medium such water. High energy beta particles are able to pass through water at a speed greater than light can pass through water – although not greater than the normal speed of light in a vacuum. As the beta particles pass through the water they alter the magnetic field and displace electrons in the water. The electrons realign themselves back to the ground state as a beta particle passes. In doing so a photon is emitted from each electron. Normally these photons tend to cancel each other out and no light is seen, but when the beta particles exceed the speed of light the photons are emitted with a slight lag, allowing them to escape without interfering with each other. Most Cerenkov radiation is in the ultraviolet spectrum, but part of the energy is visible light and can be seen as a blue glow. Normally this is only visible when there is very intense radiation, such as an operating pool reactor, or a large amount of a powerful beta emitted. Photos which show the effect on spent fuel rods or reactor vessels are time exposures and would not appear the same to the naked eye.

Management, ressources humaines, et autres paradoxes.

 Reflexion de geek  Commentaires fermés sur Management, ressources humaines, et autres paradoxes.
Sep 192009
 

Voici quelques lois fondamentales du management et des ressources humaines :

  • Le Mythe du mois-homme : fait référence à une unité de coût de développement : c’est-à-dire le travail d’un homme pendant un mois. Le mythe, c’est l’équivalence suggérée par l’usage de cette unité entre un travail de 1 personne pendant n mois et un travail de n personnes pendant 1 mois. Selon cette idée, on pourrait diviser les temps de développement par deux en mettant deux fois plus de personnel. Or, expérimentalement, cela est faux. Le proverbe cité par Brooks pour exprimer cette idée est : « Neuf femmes ne font pas un enfant en un mois »
  • La loi de Parkinson affirme que « le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement ». : Les employés se créent mutuellement du travail. Plus ils sont nombreux, plus les demandes d’approbation qu’ils se communiquent mutuellement, ou tâches comparables, les occupent, de sorte que le travail accompli d’un point de vue extérieur par l’ensemble n’augmente pas.
  • On peut étendre la La loi de Parkinson aux ordinateurs : « Les données s’étendent jusqu’à remplir l’espace disponible pour leur stockage » ; acquérir davantage de mémoire encourage l’utilisation de techniques gourmandes en mémoire. Il a été observé qu’entre 1996 et 2006 l’utilisation de mémoire sur des systèmes évolutifs a tendance à doubler à peu près tous les 18 mois. La quantité de mémoire disponible pour une somme donnée a également tendance à doubler tous les 18 mois (voir Loi de Moore) ; la loi de Parkinson affirme donc que l’on augmente les besoins jusqu’à ressentir toujours la même étroitesse des supports de stockage, malgré cette augmentation. Cela peut être généralisé en « La demande pour une ressource s’accroît toujours pour correspondre à l’approvisionnement de la ressource »
  • Le Principe de Peter : « tout employé tend à s’élever à son niveau d’incompétence. » En effet, les employés compétents sont promus et les incompétents restent à leur place. Donc un employé compétent grimpe dans la hiérarchie jusqu’à atteindre un poste pour lequel il n’est pas compétent. À ce stade, il devient donc un incompétent qui va occuper son poste indéfiniment.
  • Corollaire de Peter : « Avec le temps, tout poste sera occupé par un incompétent incapable d’en assumer la responsabilité. »
  • Le principe de Dilbert est une version aggravée du principe de Peter : « Les gens les moins compétents sont systématiquement affectés aux postes où ils risquent de causer le moins de dégâts : l’encadrement. » Les dirigeants sont donc ceux qui étaient les plus nuls aux postes subordonnés. En particulier, ils ne comprennent rien à la technologie et manquent de bon sens dans les cas les plus graves. Réciproquement, les employés les plus compétents ne sont en aucun cas promus, car irremplaçables à leurs postes actuels.
  • La loi de Brooks : Ajouter des ressources humaines à un projet en retard sur les prévisions ne fait qu’accentuer ce retard. En effet, le personnel ajouté devra être formé au nouveau système, ce qui prend un temps non négligeable qui ne peut compenser la productivité ajoutée par le personnel en question. De plus, la plupart des tâches ne sont pas partitionnables et les nouveaux arrivants vont faire perdre du temps aux équipes en place en temps de communication.

Note : L’extrême majorité de ces textes sont des extraits des articles de Wikipedia. Je n’ai pas la prétention de les avoir écrits.

Usagers lambda vs experts.

 Reflexion de geek  Commentaires fermés sur Usagers lambda vs experts.
Sep 172009
 

En 1927 John Dewey a écrit

« C’est la personne qui porte la chaussure qui sait le mieux si elle fait mal et où elle fait mal, même si le cordonnier est l’expert qui est le meilleur juge pour savoir comment y remédier. […] Une classe d’experts est inévitablement si éloignée de l’intérêt commun qu’elle devient nécessairement une classe avec des intérêts particuliers et un savoir privé – ce qui, sur des matières qui concernent la société, revient à un non-savoir. »

Même si il faut éviter les conclusions hâtives je trouve la remarque intéressante. Assez intéressante en tout cas pour vous en faire profiter.

Petits tournevis et grosses paluches

 Reflexion de geek  Commentaires fermés sur Petits tournevis et grosses paluches
Sep 072009
 

Pourquoi les tournevis faits pour les petites vis ont ils toujours de manches minuscules ???
C’est la vis qui est petite, pas ma main !